L’eczéma chez l’adulte : Approches naturopathiques | New Roots Herbal | Produits de Santé Naturels
Page d’accueil > Mode de vie et Bienêtre

L’eczéma chez l’adulte : Approches naturopathiques

Démangeaisons, sécheresse, rougeurs, et fissures — toutes sont des signes désagréables d’une crise d’eczéma, qui peut se manifester de façon bénigne, mais qui peut aussi avoir un impact important sur la qualité de vie. Les crèmes aux corticostéroïdes peuvent être utiles pour les symptômes inflammatoires associés à l’eczéma, tandis que les suggestions faites ci-dessous visent à traiter la cause fondamentale de l’eczéma ainsi qu’à éviter le déclenchement de nouvelles poussées.

Qu’est-ce que l’eczéma ?

L’eczéma ou exéma, également appelé dermatite atopique, est une maladie inflammatoire chronique qui affecte la barrière cutanée d’environ 2 à 3 % des adultes. La manière dont l’eczéma se manifeste peut varier en fonction des personnes, mais cela se caractérise généralement par des démangeaisons, de la sécheresse, et des rougeurs au niveau des zones de flexion (p. ex. pli du coude), à la tête et au cou (notamment autour des yeux). L’eczéma est souvent associé à l’asthme, aux allergies, et à la constipation. L’eczéma et ses pathologies apparentées sont les manifestations externes de ce qu’il se passe à l’intérieur du corps (p. ex. carence nutritionnelle, intolérance alimentaire, ou déséquilibre au niveau des bactéries intestinales).

Trois facteurs sont impliqués dans l’eczéma :

  1. Une barrière cutanée dysfonctionnelle ;
  2. Une réponse inflammatoire à des allergènes variés ; et
  3. Une activité antimicrobienne réduite ou un dysfonctionnement du système immunitaire.

Ces facteurs influent les uns sur les autres de la même manière que dans la problématique de l’œuf et de la poule. La génétique a également un rôle prépondérant dans les manifestations d’eczéma.

L’environnement et le style de vie sont souvent des sources d’allergènes ou d’irritants qui provoquent des crises d’eczéma. Cela peut inclure des produits d’hygiène corporelle (p. ex. les savons et détergents), des vêtements serrés, des textiles vestimentaires irritants (p. ex. la laine), une exposition à de la fumée, la pollution, des changements de température, et certains aliments. Les allergies et les intolérances alimentaires fréquemment associées à l’eczéma incluent le gluten, les produits laitiers, le soja, les œufs, le poisson, les fruits de mer, et les arachides. Il est intéressant de noter que l’eczéma est un phénomène plus marqué dans les pays industrialisés, ce qui laisse penser qu’un excès d’hygiène pourrait contribuer au dysfonctionnement de la barrière cutanée et à une réponse immunitaire plus intense.

Traitements naturopathiques généraux

Modifications dans le mode de vie

Une façon d’améliorer le fonctionnement de la barrière cutanée consiste à favoriser une bonne hydratation par le biais de bains tièdes, en utilisant un savon doux (p. ex. biologique) et en appliquant des produits hydratants hypoallergéniques immédiatement après le bain, lorsque la peau est encore humide. Il est préférable d’utiliser des produits dont le pH est compris entre 4,5 et 5, car ils sont plus proches du pH acide de la peau. Améliorer le fonctionnement de la barrière cutanée est important pour atténuer les égratignures qui aggravent le dysfonctionnement cutané préexistant.

Les vêtements amples sont plus confortables pendant une crise. Les matières les moins susceptibles de causer une aggravation restent le coton, la soie, ou d’autres fibres naturelles, bien que la laine devrait être évitée, car elle peut accroître les démangeaisons.

Le contrôle du stress s’avère fondamental pour éviter la réapparition de l’eczéma. Les périodes de stress et d’anxiété peuvent affecter la réponse immunitaire du corps et augmenter les protéines inflammatoires. Le stress psychologique peut avoir un effet direct sur la voie de signalisation des « démangeaisons » du cerveau et la rendre encore plus sensible. Les thérapies du corps et de l’esprit, comme la rétroaction biologique ou la pleine conscience, peuvent être utiles pour augmenter la résilience à des situations ou à des périodes stressantes. La rétroaction biologique est un type de thérapie durant laquelle on attache des capteurs sur le corps pour en suivre les divers mécanismes involontaires, comme le rythme cardiaque ou la tension musculaire. On peut alors apprendre des techniques pour contrôler ces fonctions corporelles. Les modalités de contrôle du stress varient pour chaque personne. Qu’il s’agisse de tenir un journal, de s’exercer, de parler à un proche, de faire des câlins, ou de décompresser avec un bon livre, il est important de trouver ce qui fonctionne pour vous.

Modifications alimentaires

En ce qui concerne la nutrition, il est toujours crucial d’incorporer des sources de gras sains dans son alimentation, par exemple des noix, de l’avocat, des graines de lin, et des poissons riches en oméga‑3. Pour les poissons, pensez à l’acronyme « SMASH » pour saumon, maquereau, anchois, sardines, et hareng. Les gras sains sont importants, car ils luttent contre l’inflammation dans le corps. La supplémentation en huile de poisson peut être bénéfique si vous n’avez pas la possibilité d’incorporer ces poissons en quantités suffisantes dans votre alimentation. Pour les adultes, il est recommandé de consommer chaque jour de 2 à 4 g d’AEP et d’ADH combinés. Un autre type d’oméga étudié pour l’eczéma est l’acide gamma‑linolénique, ou AGL. On trouve des quantités importantes d’AGL dans l’huile de bourrache et dans l’huile d’onagre. Le dosage recommandé pour une supplémentation en huile de bourrache est de 500 mg/j à 1 g/j, et de 1 à 2 g/j pour l’huile d’onagre.

En général, pendant les crises d’eczéma, il est recommandé de suivre un régime anti‑inflammatoire, qui implique d’éviter les glucides simples (p. ex. pain blanc, pâtes de blé), les produits laitiers, les légumes de la famille des solanacées (p. ex. tomates et poivrons), les viandes rouges ou transformées, les sucres raffinés, et les aliments secs.

La méthode à privilégier afin de déterminer si des intolérances alimentaires pourraient être impliquées dans les poussées d’eczéma est le régime d’élimination. La méthode pourra varier légèrement selon chaque praticien en ce qui concerne la durée d’élimination de certains aliments, mais aussi de quelle façon et à quel moment ces aliments devraient être réintroduits. Le régime d’élimination implique la suppression totale du gluten, des produits laitiers, de certains fruits et légumes, des viandes rouges et transformées, de tous les sucres et édulcorants, de l’alcool, et de la caféine. En même temps, un protocole pour la guérison des intestins est souvent associé, car — fait intéressant — une bonne partie du système immunitaire se trouve dans les intestins !

Autres supplémentations

Les protocoles de guérison des intestins mentionnés précédemment peuvent inclure une supplémentation avec un probiotique. Les probiotiques sont des bactéries vivantes qui ressemblent ou qui sont identiques aux bactéries qui vivent normalement à l’intérieur du corps. Des études menées auprès de femmes enceintes sous supplémentation de Lactobacillus rhamnosus ont montré que leurs bébés avaient moins de chances de développer de l’eczéma au cours de leur vie. En général, les études ont montré que l’espèce Lactobacillus était plus bénéfique en cas d’eczéma, comparée à Bifidobacterium. Les prébiotiques sont des sources de fibres digestibles qui servent de nourriture aux probiotiques, de la même façon que les engrais servent aux plantes. Les prébiotiques, que l’on trouve en grande quantité dans des aliments comme les légumes à feuilles verts, l’ail, et les oignons, donnent également des résultats prometteurs pour le traitement de l’eczéma, tant chez l’adulte que chez l’enfant.

La vitamine D₃ est un supplément que tout le monde devrait prendre au Canada pendant la saison hivernale, lorsque l’exposition au soleil est réduite. Il s’avère qu’elle est bénéfique pour les personnes atteintes d’eczéma et même pour celles qui ont de fréquentes infections cutanées bactériennes. En général, la dose d’entretien de la vitamine D₃ est de 1 000 UI/j, mais il est préférable d’effectuer un test sanguin de la 25‑hydroxyvitamine D afin de déterminer si une supplémentation plus poussée est nécessaire.

Par ailleurs, certaines plantes médicinales sont bénéfiques pour traiter et prévenir l’eczéma (par voie topique, mais aussi interne). La sélection de plantes à prendre par voie interne devrait être déterminée par votre naturopathe ou votre herboriste — il pourrait s’agir d’une combinaison de plantes qui aident le foie à se détoxifier et qui modulent le système immunitaire ainsi que la réaction au stress. Par voie topique, l’application deux à trois fois par jour de crème contenant de l’acide glycyrrhétinique, un dérivé d’écorce de réglisse, a été associée à une réduction des symptômes d’eczéma. Mentionnons également d’autres plantes bénéfiques comme le calendula, la consoude, le mouron des oiseaux, et la camomille.

Il est important de garder à l’esprit que ces suggestions sont générales et pourraient ne pas correspondre à vos besoins spécifiques. Veuillez donc consulter votre praticien de soins de santé si vous avez l’intention de commencer une supplémentation, afin qu’il détermine un dosage sûr et approprié à vos besoins.

Qu’en dit la médecine traditionnelle chinoise (MTC) ?

La MTC traite l’eczéma comme une manifestation de carence (ce qui ressemble à la perception occidentale). En médecine chinoise, les organes associés à la fonction cutanée sont les poumons, qui contrôlent l’ouverture et la fermeture des pores. Les poumons régulent également la fonction du système immunitaire ; c’est pour cela qu’ils sont impliqués dans les allergies.

L’organe associé aux poumons est le gros intestin. La constipation est d’ailleurs un symptôme commun chez les personnes atteintes d’eczéma.

Les dysfonctions fréquemment associées à de l’eczéma incluent une carence en Qi dans les poumons, une incapacité des poumons à réguler les pores et à alimenter le Wei Qi (Qi défensif/système immunitaire), et une sécheresse du gros intestin. Votre médecin naturopathe ou praticien en MTC sera en mesure d’évaluer votre situation et de la traiter avec de l’acupuncture, des plantes, ou des changements alimentaires.

Références

  1. Clinical Key. “Clinical overview: Eczema and atopic dermatitis.” Elsevier Point of Care, 2019.
  2. Suarez, A., et al. “Psychoneuroimmunology of psychological stress and atopic dermatitis: Pathophysiologic and therapeutic updates.” Acta Dermato-Venereologica, Vol. 92, No. 1 (2012): 7–16.
  3. Clinical Key, op. cit.
  4. Kaufman, A.J. “Atopic dermatitis.” Chapter 72 (p. 716–725) in Rakel, D. Integrative Medicine, 4th ed. Philadelphia: Elsevier, 2018, ISBN 978‑0‑323‑35868‑2, 1152 p.
  5. Ellis, S.R., et al. “The skin and gut microbiome and its role in common dermatologic conditions.” Microorganisms, Vol. 7, No. 11 (2019): 550.
  6. Suarez et al., op. cit.
  7. Suarez et al., op. cit.
  8. Rakel, op. cit.
  9. Rakel, op. cit.
  10. Rakel, op. cit.
  11. Rakel, op. cit.
  12. Suarez et al., op. cit.
  13. Rusu, E., et al. “Prebiotics and probiotics in atopic dermatitis.” Experimental and Therapeutic Medicine, Vol. 18, No. 2 (2019): 926–931.
  14. Goddard, A., and P. Lio. “Alternative, complementary, and forgotten remedies for atopic dermatitis.” Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, Vol. 2015 (2015): 676897.
  15. Rusu et al, op. cit.
  16. Schlichte, M., A. Vandersall, and R. Katta. “Diet and eczema: A review of dietary supplements for the treatment of atopic dermatitis.” Dermatology Practical and Conceptual, Vol. 6, No. 3 (2016): 23–29.
  17. Goddard and Lio, op. cit.
  18. Rakel, op. cit.

Arlene Dubier, ND

Pratiquant dans les régions de Mississauga et de Toronto, Arlene veille à offrir des soins de santé doux et réconfortants en utilisant des thérapies naturelles.

drarlenedubier.com