Page d’accueil > Mode de vie et Bienêtre

Les soutiens de votre aventure cétogène

Le céto en bref

Le régime cétogène consiste à réduire drastiquement la part de glucides dans l’alimentation, au profit des lipides : l’assiette est composée à 70 % de bons gras. Le corps se trouve alors contraint à mobiliser non seulement les gras alimentaires comme source d’énergie, mais aussi l’excédent de gras du corps ; il est alors en état de cétose. Plus précisément, après l’utilisation des glucides puis du glycogène (réserve de sucre du corps), le métabolisme s’opère principalement grâce aux cétones produits par le foie avec les lipides.

Au-delà de la production énergétique, ces cétones jouent un rôle important au niveau de l’expression génétique, des systèmes nerveux et immunitaire, et de l’inflammation, ou encore comme antioxydants. Le régime cétogène est utilisé depuis un siècle pour traiter l’épilepsie, et fait partie des recommandations suite aux commotions cérébrales et pour diverses pathologies, notamment inflammatoires. Sa popularité tient au fait qu’il participe clairement à la perte de poids des personnes qui le suivent (bien que son efficacité au long terme reste à être évaluée).

Bienfaits

  • Gestion du poids et composition corporelle
  • Maladies cardiovasculaires
  • Troubles métaboliques (diabète, cholestérol, hypertension)
  • Maladies neurodégénératives (démence, Alzheimer, etc.)
  • Rétablissement de commotion
  • Épilepsie

Quelques contrindications

Il est des situations où le régime cétogène n’est pas recommandé, en particulier en cas d’antécédents d’hépatite, de difficulté à digérer les graisses, ou de dysfonction ou d’ablation de la vésicule biliaire ; ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes. Dans ces cas, consulter un praticien de soins de santé avant de changer de mode de vie ou de régime.

Un régime cétogène ne se limite pas à l’apport en gras. Afin d’optimiser vos efforts et de réduire les possibles réactions indésirables, il est important de garder à l’esprit certains principes fondamentaux de micronutrition. Alors, suivez le guide de supplémentation pour une expérience cétogène agréable et réussie !

Soutien digestif

Tout changement radical de l’alimentation impacte la flore intestinale et peut engendrer des symptômes tels que la constipation,

parfois observée dans la diète cétogène. Pour remédier à ces réactions indésirables, il est important de s’hydrater suffisamment et d’assurer une alimentation suffisamment riche en fibres. Aussi, la prise de probiotiques aide à soutenir la santé intestinale, et le magnésium aide à maintenir un équilibre électrolytique normal. Par ailleurs, digérer une quantité inhabituelle de gras nécessite une capacité enzymatique adéquate ainsi qu’une production et une circulation optimales de la bile. Une formule d’enzymes, éventuellement renforcée avec de la bile bovine, aidera ce défi digestif, qui peut aussi être soutenu par les principes amers de diverses plantes cholérétiques et cholagogues.

Soutenir le métabolisme

Le nouveau paradigme métabolique dans lequel la diète cétogène plonge le corps peut nécessiter quelque soutien pour optimiser la nouvelle mécanique biochimique qui est mise en branle. Le foie est un des organes le plus mis à contribution, et le complexe de vitamines B est essentiel à l’ensemble des voies métaboliques qu’il abrite. Au niveau cellulaire, l’importance de l’acétyl-ʟ‑carnitine est cruciale, car ses dérivés garantissent le transport des acides gras dans les mitochondries, là où ils serviront à la production énergétique. Quant au Garcinia cambogia — standardisé à 60% d’acide hydroxycitrique —, il a pour effet de réduire l’appétit. L’acide hydroxycitrique est connu pour bloquer une enzyme responsable du stockage des gras. Autant de produits de santé naturels dont les bénéfices concordent avec les objectifs de la diète cétogène.

Apporter de bons gras

Pour réussir sa diète cétogène, il est primordial d’apporter en quantité suffisante de bons gras ainsi que de saines protéines. Bien entendu, les poissons gras, les avocats, les noix, etc. fourniront leur part nutritionnelle — et surtout le plaisir du goût —, mais assurer l’apport quotidien peut devenir un casse-tête. La supplémentation devient alors une aide précieuse, avec en plus de multiples bénéfices pour la santé.

Par exemple, les triglycérides à chaîne moyenne (TCM, ou MCT en anglais) de noix de coco ou de palme rejoignent directement le foie depuis les intestins, via la veine porte. Le foie fournit ensuite le corps en cétones, extrêmement efficaces pour la production énergétique — parfait pour un café vitalisant !

Les omégas‑3 au ratio idéal EPA:DHA de 2:1 apportent, entre autres bienfaits, une action anti-inflammatoire fondamentale. Quant aux huiles végétales crues et riches en stérols végétaux, elles consolident la prévention cardiovasculaire avec leurs effets positifs sur le cholestérol.

Bien choisir ses protéines

Toute fonction ou structure du corps, ou presque, requiert comme unités élémentaires d’opération ou de construction les acides aminés, nutriments secondaires mais néanmoins fondamentaux du régime cétogène. Si votre apport en protéines alimentaires n’est pas suffisant, il existe des options végétariennes originales avec par exemple les protéines de graines de lupin et de citrouille. Le lupin fournit une quantité intéressante de fer et compte parmi les solutions naturelles qui améliorent les troubles métaboliques. Un des acides aminés abondants dans la graine de citrouille est le ʟ‑tryptophane, précurseur de la sérotonine, un important neurotransmetteur impliqué dans la régulation de l’humeur, du sommeil, de la motivation, de l’appétit, etc. Aussi, avec la poudre de bouillon d’os de bœuf, vous bénéficiez d’une biodisponibilité maximale des protéines, avec en plus un contenu en collagène qui apporte de nombreux bénéfices à tous les tissus (peau, articulations, etc.). Il existe même des comprimés pratiques d’acides aminés. Bref, des protéines, il y en a pour tous les goûts !

Combler les possibles manques

L’utilisation du glycogène au début de la diète cétogène s’accompagne d’une perte d’eau (3–4 g par gramme de glycogène). Il est donc indispensable de veiller à s’hydrater adéquatement, mais aussi à prendre des suppléments d’électrolytes. Pour ce faire, choisissez un spectre complet de ces minéraux tamponnés (formes plus facilement absorbables), en plus de précieux flavonoïdes (antioxydants).

Du fait de la diversité réduite en aliments, les risques de subcarences en antioxydants, en vitamines, et en minéraux peuvent aussi justifier de supplémenter sa diète cétogène. Les solutions existent en prenant par exemple une multivitamine complète, des mélanges antioxydants pratiques d’extraits de baies, ou des superaliments verts.

Enfin, ne l’oubliez pas, la supplémentation en vitamine D apportera ce soleil qui nous manque à tous !

Sucrer sans calories et colorer ses recettes

Pour beaucoup, abandonner les plaisantes sensations du sucre reste un pari en soi. À nouveau, à tout problème sa solution : l’utilisation du stévia est une formidable alternative édulcorante qui répondra à vos envies, sans pour autant perturber votre métabolisme.

Enfin, colorez vos recettes cétogènes avec des aliments fonctionnels (aliments qui présentent des bienfaits pouvant réduire les maladies chroniques) aux valeurs décuplées par la fermentation ; selon l’envie du moment, vous pourrez utiliser des poudres fermentées de gingembre, de curcuma, de betterave rouge, ou encore de de maca.

Avec ce rapide tour d’horizon de la diète cétogène, vous aurez compris que les produits de santé naturels s’avèrent particulièrement indiqués pour mener à bien cette expérience, à laquelle adhèrent de plus en plus de personnes partout dans le monde. Bien que populaire, ce régime va toutefois à contre-courant de bien des habitudes alimentaires et nécessite une autre qualité : celle de bien communiquer !

Aventure sociale

Il vous faudra donc être fort mentalement, car cet engagement que représente le régime cétogène — en fait n’importe quel régime original — oblige à résister à la pression sociale et aux coutumes culturelles. Saurez-vous dire non, poliment, au muffin offert par votre collègue de travail et qui casserait la cétose ? Assumer ses choix diététiques, au restaurant par exemple ou chez des amis lorsqu’on est invité, peut-être déstabilisant. L’acceptation de votre entourage viendra avec une juste et sincère communication : expliquer humblement sa démarche demandera peut-être un effort inhabituel, mais sera aussi le gage de votre réussite. Fier et libre de possibles frustrations, vous pourrez alors apprécier votre vie sociale — et surtout les bienfaits de ce régime que vous avez choisi.

Cet article est uniquement destiné à fournir des informations générales et ne doit en aucun cas être utilisé pour le diagnostic, le traitement, ou les soins. Veuillez consulter un praticien de soins de santé avant de changer de mode de vie ou de régime alimentaire.

Guide disponible en téléchargement sur newrootsherbal.com/ceto