Elle a abandonné les régimes et retrouvé le contrôle de sa santé | New Roots Herbal | Produits de Santé Naturels
Page d’accueil > Mode de vie et Bienêtre

Elle a abandonné les régimes et retrouvé le contrôle de sa santé

Après près de 30 ans de lutte contre le diabète, « Julie » a atteint un point critique. Elle avait essayé tous les régimes possibles, des entraîneurs personnels, et des « aliments diététiques » coûteux, mais elle ne pouvait jamais les mener à terme. Sa santé se détériorait et elle devait faire quelque chose. Une « accro au sucre sans volonté » avouée d’elle-même, elle était en congé de maladie et avait besoin de maîtriser son diabète. Puis, elle a découvert le style de vie céto et a repris le contrôle de sa vie !

Comme beaucoup d’entre nous, Julie menait une vie occupée mais sédentaire ; elle travaille tard, prenait trop de repas au restaurant, et ne faisait pas assez d’exercice. Elle vivait également avec le diabète, qui s’est développé après une grossesse. Elle avait tout simplement fermé les yeux et au fil des années, cela lui échappait progressivement. Son corps lui envoyait des signaux de détresse : douleur extrême, vomissements spontanés, etc. Après des visites répétées à l’hôpital, elle a été mise en congé de maladie. Elle avait besoin de faire quelque chose et avait entendu dire qu’il serait peut-être possible d’inverser cette situation. Elle a assisté à une présentation sur un sujet appelé le régime céto et, même si elle en est partie très confuse, quelque chose est resté dans sa mémoire. Alors, avec beaucoup de temps libre, elle partit à la recherche d’informations supplémentaires.

Julie a découvert ce qu’elle appelle « un livre que tout le monde devrait lire » : Le code d’obésité, du Dr Jason Fung. Facile à lire et à comprendre, il explore pourquoi nous avons tant de mal à perdre du poids. Il élabore sur les hormones, l’appétit, le métabolisme, la résistance à l’insuline, et le stockage des graisses. Enfin, quelque chose qui identifie la cause fondamentale du gain de poids.

Ce fut un moment de révélation pour elle. Avant même de terminer le livre, elle était certaine que c’était la clé, mais cela semblait tellement radical… Alors, elle a continué ses recherches, lisant davantage, écoutant les présentations de différents experts. Elle avait besoin de mieux comprendre sa condition et ce dont son corps était potentiellement capable. Elle avait également besoin d’une connaissance approfondie de la composition des aliments et des suppléments — surtout qu’elle ne mangeait ni viande ni poisson. Le facteur le plus important consistait à déterminer la quantité de sucre que cachent des aliments sains que nous n’avions jamais soupçonnés, comme le lait, la sauce tomate et le yogourt. Une fois qu’elle s’est sentie à l’aise d’avoir des faits, elle a consulté son médecin, l’informant qu’elle envisageait d’adopter un mode de vie cétogène. Son approbation (avec avertissements) était le point de départ de ce qu’elle espérait être son chemin vers la liberté.

Le régime cétogène consiste à absorber une quantité substantielle de calories provenant de gras sains, une quantité modérée de protéines, et une quantité minimale de glucides.

Julie était armée de connaissances et de motivation — maintenant, elle avait juste besoin de soutien. Elle savait que son manque de volonté la laisserait tomber si elle n’avait pas d’aide supplémentaire. Son mari a rapidement accepté de se joindre à elle dans ses démarches. « Si c’est bon pour elle, ça ne peut pas être mauvais pour moi ! » Lui aussi avait des problèmes de santé (taux de cholestérol élevé), mais rien qui l’empêchait de la rejoindre.

Elle manque peut-être de volonté, mais elle a beaucoup de courage. Julie a totalement vidé son frigo, son congélateur, et son garde-manger de tout ce qui était transformé et qui n’était pas compatible avec la céto. Sucre, biscuits, pâtes alimentaires, céréales, farine de blé, etc. ; tout cela a été donné. Et elle a réapprovisionné sa cuisine avec tout ce dont ils auraient besoin pour bien démarrer : farine d’amande, lait de coco, crème à 35 %, huile de TCM, etc. Le 1er décembre 2018, ils ont commencé un nouveau mode de vie.

Elle admet que c’était difficile au début. Lire des étiquettes dans les épiceries, se référer à ses notes — c’était fatiguant et prenait plus de temps. Il y a des applications disponibles pour aider avec ceci, mais aucune n’était disponible en français à l’époque, alors elle a dû gérer elle-même. Elle a rapidement appris quels aliments choisir, ainsi que ce qu’il faut éviter, et a acheté en conséquence. La planification et la préparation de tous leurs repas et déjeuners étaient également nouveaux pour elle. Heureusement, Internet regorge de recettes de céto polyvalentes qui ont un goût incroyable et qui se préparent rapidement. Et une fois que son mari a franchi son « sevrage » de son pain blanc préféré, les choses se sont simplifiées. Maintenant, elle prépare des repas complets pour les amis et la famille qui ne peuvent pas croire que ses lasagnes, pizzas, et gâteaux au fromage au chocolat sont aussi faibles en glucides et en sucres.

Julie reconnaît que tout le monde ne peut pas dépenser 500 $ pour remplacer toutes ses denrées. Mais il est possible de prendre des mesures graduelles pour éliminer les sucres excessifs. Plutôt que d’acheter des barres de céréales commerciales, achetez de la farine d’amande, des noix, et des céréales, et fabriquez-en plus saines. Passez au yaourt nature, et ajoutez-y quelques framboises pour l’adoucir un peu. Ce sont toutes de petites étapes vers la réduction des sucres excessifs.

Lorsqu’ils sortent pour manger, ils sont plus sélectifs quant à l’endroit où ils vont et à la manière dont ils commandent. Ils remplacent les frites par des légumes, font fondre du beurre supplémentaire, et demandent de la crème au lieu du lait pour le café. Beaucoup de restaurants sont très disposés à faire des substitutions plus saines. Certains restaurants de hamburgers proposent désormais un « wrap de salade » au lieu d’un petit pain. Prendre un repas rapide sur le pouce est beaucoup plus difficile. Vous devez investir dans la préparation de collations que vous pouvez emporter avec vous. Ils craignaient que leurs vacances ne leur fassent perdre un complexe hôtelier des Caraïbes tout compris, mais ce n’était pas le cas. Avec la variété offerte, ils trouvent toujours de bons plats à manger.

Et il y a des tentations partout ; la réglisse rouge était autrefois la préférée de Julie. Sa dent sucrée est maintenant satisfaite de l’utilisation d’édulcorants à base d’érythritol et de fruits des moines (le stévia est une autre option) pour créer de nouveaux favoris. Elle cuisine elle-même des bonbons, des barres de chocolat, des puddings, et des gâteaux. Ses collègues sont constamment impressionnés par les déjeuners et les desserts qu’elle apporte au travail — mais encore une fois, ceux-ci doivent être préparés à l’avance.

À la fin de février, Julie a cessé de prendre ses médicaments. Son médecin a confirmé que sa glycémie était normale. Elle n’avait pas de pointes ni de creux, et elle se sentait incroyable. Le cholestérol de son mari a été confirmé par son médecin et est revenu à la normale.

Au moment où elle est partie en congé de maladie, Julie prenait 74 unités d’insuline par jour, ainsi que ses autres ordonnances. Au bout de trois mois, elle avait cessé ses injections et tous ses médicaments.

 

Après environ sept mois, elle était passée de 172 lb à 120 lb et de porter des vêtements de taille 12 à ceux de taille 6. La transformation de son mari était tout aussi impressionnante : de 245 lb à 195 lb, il est passé d’une taille de pantalon de 40 à un 34 !

Julie est maintenant de retour au travail et se sent comme une nouvelle personne. Amis et collègues sont visiblement impressionnés par le changement d’apparence. Lorsqu’elles demandent comment elle l’a fait, elle leur dit : « Nous avons changé les aliments que nous mangeons.» Elle n’utilise pas le mot « régime », car elle ne s’est jamais sentie comme si elle en suivait un. Elle est toujours satisfaite et n’a jamais faim : « Nous mangeons comme des rois ! » Si quelqu’un est vraiment intéressé, elle explique qu’elle a adopté un mode de vie cétogène et offre son temps pour aider à comprendre le concept. Beaucoup sont sceptiques, même après avoir vu les résultats. Mais cela ne la dérange pas ; elle a une belle nouvelle vie et en aime chaque minute.

Alors, quels conseils donnerait-elle ?

« Tout d’abord, informez-vous sur le sujet — en profondeur. » Elle ne parle pas d’un court message sur les médias sociaux, ni de dépenser des centaines de dollars pour que quelqu’un vous coache. « Lisez des livres ! Trouvez des podcasts et des vidéos crédibles. Consacrez plus de temps à votre formation afin de pouvoir prendre une décision éclairée. » Elle recommande à tous de lire « Le code de l’obésité » et de prendre le temps de connaître les aliments que vous achetez. Apprenez à lire les étiquettes et les listes d’ingrédients afin d’éviter les allégations trompeuses. Tout ce qui se termine par « ‑ose » et même certaines choses se terminant par « ‑ols » sont des sucres ! Évitez les produits étiquetés « à teneur réduite, faible, ou nulle en gras » ; quand les fabricants enlèvent la graisse, ils la remplacent par du sucre pour conserver le goût ! Julie est catégorique : « Le sucre est la pire drogue sur cette planète, pire que la cocaïne ! Nous sommes toxicomanes et nous ne le réalisons même pas. Je mets tout le monde au défi de vérifier leur frigo et leur garde-manger et de rechercher les sucres — apparents et cachés. Ça va vous choquer ! »

Planifiez pour vous préparer et préparez-vous pour planifier — toujours ! Le temps fait partie de l’investissement que vous devez faire pour choisir d’adhérer au céto ! Trouver et tester des recettes alternatives, trouver des magasins où les articles sont plus abordables, faire des emplettes pour des options à faible teneur en glucides, préparer, et cuisiner — tout doit être fait. Manger sur le pouce fonctionne rarement. Regardez autour de vous : beignets, pâtisseries, sandwichs au petit-déjeuner, hamburgers, frites, etc. — la plupart des aliments « à emporter » sont riches en glucides. Qui a dit : « Si vous ne planifiez pas, vous planifiez en réalité d’échouer » ?

« Prendre les suppléments au sérieux. » Lorsque vous passez au régime cétogène, votre corps sera affecté, bien que vous ne le ressentirez pas tout de suite. Vous devez soutenir votre régime alimentaire avec des suppléments pour combler les lacunes et aider votre corps à s’adapter : vitamine B12, vitamine D, omégas‑3, huiles de TCM, et en particulier électrolytes (y compris magnésium). Faites des recherches pour comprendre ce dont vous aurez besoin. « L’achat de suppléments de bonne qualité peut sembler coûteux, mais ils en valent la peine. J’ai appris à la dure ! » En négligeant ses électrolytes, elle a failli être hospitalisée. Elle était déshydratée et manquait de sels et de minéraux.

Elle suggère d’acheter des articles plus coûteux — tels que des noix, de la farine d’amande, du beurre, et de la crème à 35 % — lorsqu’ils sont en vente et de les congeler. Les magasins d’aliments naturels ont aussi des circulaires ! Vous pouvez acheter vos huiles de TCM et d’autres suppléments lorsqu’ils sont en vente ; assurez-vous simplement de vérifier la date d’expiration !

Elle insiste sur le fait que si quelqu’un envisage cela, il le fait pour la bonne raison. Sa motivation était d’améliorer sa santé et de renverser son diabète, ce qui était pour elle l’équivalent d’une peine d’emprisonnement à vie. Quelle que soit votre raison, elle suggère de le faire de tout cœur et avec une passion pour l’exploration de nouvelles options. Tout dépend des choix que vous faites. Elle a fait un choix de vie majeur et elle est convaincue d’avoir fait le bon choix !

« Julie » travaille comme infirmière près de Montréal, au Québec. À cause de cela, elle ne peut pas donner de conseils médicaux ou diététiques. Elle ressentait un fort besoin de partager son histoire dans l’espoir d’aider d’autres personnes dans des situations similaires à devenir plus conscientes. Nous avons donc utilisé un pseudonyme, lui permettant de le faire tout en restant anonyme. Les points de vue et opinions exprimés sont à elle seule et ne doivent pas être pris en compte à la place d’un avis médical.