Prendre soin du soignant | New Roots Herbal | Produits de Santé Naturels
Page d’accueil > Mode de vie et Bienêtre

Prendre soin du soignant

Prenez-vous soin, comme moi, d’un parent, d’un partenaire, ou d’un autre adulte ? Trouvez-vous cela valorisant, mais aussi épuisant ? Cette prestation de soins me rappelle l’époque où ma fille était bébé et qu’il me semblait presque impossible de prendre soin de moi-même. Avec 25 % des Canadiens de plus de 15 ans dans un rôle d’aidant naturel, nous sommes 7,8 millions dans cette situation [1] !

Nous sommes peut-être devenus un aidant naturel après qu’une personne âgée a subi un événement traumatisant, comme un accident vasculaire cérébral ou une chute. Bien que cet article se concentre sur l’aidant d’une personne âgée, bon nombre des idées s’appliquent également aux aidants d’adultes plus jeunes. Nous pouvons nous occuper de quelqu’un dans sa maison ou la nôtre, ou nous pouvons être un proche aidant pour quelqu’un vivant en institution. Bien que de nombreuses personnes trouvent que la prestation de soins soit une expérience positive [2], l’épuisement professionnel des soignants se cache au coin de la rue pour piéger les imprudents.

La prestation de soins familiaux présente de nombreux défis, en particulier pendant l’actuelle pandémie. En voici quelques-uns : en moyenne, un aîné souffre de deux maladies chroniques ou plus [3], ce qui signifie qu’il peut y avoir plusieurs problèmes physiques et psychologiques à s’occuper. Par ailleurs, les ressources dont dépendaient les familles qui s’occupaient d’un aîné à domicile avant la pandémie, comme les programmes de jour pour adultes ou les soins de relève, pourraient être fermées.

Enfin, l’embauche de soutien privé pourrait ne pas être disponible ou abordable pour une famille de classe moyenne [4], [5]. Bien que les provinces aient fait du vieillissement à domicile une priorité, les soins à domicile sont terriblement sous-financés [6]. Même les personnes âgées ayant des besoins importants ne reçoivent parfois que quelques heures de soins médicaux par semaine.

Le défi de maintenir nos soins personnels tout en s’occupant d’une personne âgée se produit avec le temps. Un soignant peut être en mesure de gérer une nuit de mauvais sommeil après s’être réveillé plusieurs fois pour aider un être cher ; cependant, des nuits répétées de mauvais sommeil auront un effet négatif sur la santé du soignant [7]. La nécessité de surveiller une personne âgée 24 heures sur 24 peut représenter un défi pour un soignant qui se demande : « Comment puis-je risquer de laisser cette personne seule, même pour un petit moment, pour faire des courses ou aller me promener ? »

Beaucoup d’entre nous ont aussi un emploi, une maison, et une famille dont nous devons nous occuper. Il est alors difficile d’essayer de jongler avec les priorités et de décider où concentrer notre attention à l’exclusion d’autres éléments de notre vie, y compris nos propres soins personnels. Avec toutes ces responsabilités, la première chose à disparaître chez un soignant est ses soins personnels. Les sorties avec les amis sont annulées, et l’exercice, la lessive, ou la coupe de cheveux que nous avions l’intention de faire sont reportés à un autre jour.

L’épuisement professionnel des soignants peut survenir lorsqu’on attend trop d’eux, et qu’ils sentent qu’ils ne peuvent pas répondre à ces attentes. Les signes et les symptômes peuvent être insidieux et peuvent inclure la liste suivante, tirée de la fiche d’information sur le stress des soignants de la Société canadienne de psychologie [8] :

  1. Dépression, anxiété, ou irritabilité
  2. Problèmes de concentration
  3. Sommeil perturbé
  4. Se sentir épuisé malgré un repos suffisant
  5. Un système immunitaire affaibli
  6. Perte d’intérêt pour les besoins personnels, les désirs, et les passe-temps
  7. Sentiment accru de ressentiment envers le bénéficiaire des soins, la famille, ou les amis
  8. Perte de satisfaction d’être un soignant
  9. Se sentir impuissant, désespéré, et isolé

Pouvons-nous éviter l’épuisement professionnel en tant que soignants, ou s’il est trop tard, pouvons-nous l’arrêter maintenant et commencer à nous sentir mieux ? La réponse est un oui retentissant ! Grâce à mon expérience personnelle et à mes années de coaching d’autres soignants de personnes âgées, j’ai découvert plusieurs étapes essentielles pour maintenir la santé tout au long du parcours de soins.

Partagez vos sentiments et vos besoins

Choisissez un groupe (voir les ressources ci‑dessous), un ami, un membre de la famille, ou un professionnel à qui vous confier. Prendre soin d’un membre de la famille peut susciter toutes sortes de sentiments, compte tenu de votre histoire avec cette personne. Vous devez parler de ces sentiments. Si vous ne trouvez absolument personne à qui parler, alors, commencez un journal.

Assurez-vous de bien dormir

Si vous pouvez vous permettre des soins à domicile, organisez-les pour la nuit, surtout si votre proche se réveille fréquemment. Si vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir de l’aide pendant la nuit, assurez-vous de faire une sieste pendant la journée. Ce n’est pas un moyen idéal de vous reposer, car vous aurez des appels téléphoniques, des rendez-vous médicaux, et d’autres obligations interrompant votre sommeil, mais cela vous aidera.

Mangez bien et hydratez-vous

À quoi cela ressemble-t-il ? Mangez des aliments protéinés trois à quatre fois par jour. Choisissez des céréales complètes plutôt que raffinées. Privilégiez les gras sains tels que les noix et les avocats. Mangez autant de légumes et de fruits que vous pouvez le faire dans la journée. Buvez beaucoup d’eau. Si vous trouvez que le temps de magasiner et de cuisiner est un défi, envisagez d’utiliser un service de repas. Des suppléments alimentaires peuvent également aider. Veuillez consulter votre praticien de soins de santé avant de commencer tout nouveau programme de supplémentation. Un bon probiotique aidera votre intestin à produire les neurotransmetteurs dont vous avez besoin pour améliorer votre humeur [9]. Les acides gras essentiels aideront à réduire les maux et les douleurs dans votre corps [10]. Une multivitamine vous apportera les micronutriments de base comme assurance supplémentaire les jours où vous ne parvenez pas à manger tout ce dont vous avez besoin.

Bougez votre corps

Bougez fréquemment tout au long de la journée, en vous levant et en vous tenant debout, en vous étirant, et en vous promenant dans la pièce. Pendant que vous faites du thé, faites des squats ou des pompes contre le mur. Par beau temps, promenez-vous — la personne dont vous vous occupez apprécierait peut-être de vous accompagner !

Nourrissez votre esprit

Qu’est-ce qui vous remplit de joie et d’admiration ? Cherchez des domaines en dehors de la prestation de soins. Envisagez de vous joindre à des pratiques spirituelles, de faire de l’art, de faire du bénévolat, et de passer du temps dans la nature. Des activités comme celles-ci vous aideront à vous sentir plus centré, à retrouver la joie de prodiguer des soins, et à vous sentir moins stressé.

Voici quelques ressources qui peuvent vous aider en tant qu’aidant à reconnaître, prévenir et traiter l’épuisement professionnel :

  • Senior Care at Home — Il s’agit d’un groupe gratuit que j’héberge (en anglais) sur Facebook. Toute personne qui s’occupe de son proche aîné à la maison est invitée à s’y joindre : facebook.com/groups/938000489975541
  • Un guide gratuit sur la démence, de l’Université McGill : mcgill.ca/medsimcentre/fr/engagement-communautaire/ateliers-de-formation-sur-la-demence-pour-soutenir-les-proches-aidants/demence-votre-guide-daccompagnement
  • Conseils de la Société canadienne d’Alzheimer pour prendre soin de l’aidant : alzheimer.ca/fr/les-aides-et-le-soutien/je-prends-soin-dune-personne-atteinte-dun-trouble-neurocognitif/prendre-1

Wendy Presant, RHNC, CFMP
Avec une formation en soins infirmiers, en naturopathie et en médecine fonctionnelle, Wendy Presant pratique actuellement comme conseillère en santé et en nutrition. Elle offre aussi des services de coaching virtuel aux personnes cherchant à optimizer leur santé.
naturalcoachathome.care

 

[1]       Arriagada, P. « L’expérience et les besoins des aidants âgés au Canada. » Regards sur la société canadienne, novembre 2020, produit no. 75‑006‑X au catalogue de Statistique Canada. Disponible dans https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/75-006-x/2020001/article/00007-fra.htm

[2]       Société canadienne de psychologie. Série « La psychologie peut vous aider » : Le stress de l’aidant. 2020‑12‑31. Disponible dans https://cpa.ca/fr/psychology-works-fact-sheet-caregiver-stress/

[3]       McMaster Health Forum. Improving care and support for unpaid caregivers in Ontario. 2014‑11‑08. Disponible (en anglais) dans https://www.mcmasterforum.org/docs/default-source/Product-Documents/citizen-briefs/support-for-unpaid-caregivers-in-ontario-cb.pdf?sfvrsn=2

[4]       Casey, L. « ‘A crisis for home care’: Droves of workers leave for hospitals, nursing homes. » CBC News, 2021‑10‑31. Disponible (en anglais) dans https://www.cbc.ca/news/canada/toronto/ont-home-care-1.6232042

[5]       Bayshore Health Care. How do I pay for home care? 2019‑03‑04. Disponible (en anglais) dans bayshore.ca/resources/how-do-i-pay-for-home-care/

[6]       Cision. Absence of home care funding in 2021 budget means less care at home for seniors, more hallway care: Home Care Ontario. 2021‑03‑24. Disponible (en anglais) dans https://www.newswire.ca/news-releases/absence-of-home-care-funding-in-2021-budget-means-less-care-at-home-for-seniors-more-hallway-healthcare-home-care-ontario-871414861.html

[7]       Dormez là-dessus Canada. Pourquoi dormir ? 2019. Disponible dans https://dormezladessuscanada.ca/tout-sur-le-sommeil/pourquoi-dormir/

[8]       Société canadienne de psychologie. Série « La psychologie peut vous aider. »

[9]       Robertson, R. « The gut-brain connection: How it works and the role of nutrition. » Healthline, 2020‑08‑20. Disponible (en anglais) dans https://www.healthline.com/nutrition/gut-brain-connection

[10]    Robertson, « The gut-brain connection. »