Quels micronutriments en plus lors de la grossesse ? | New Roots Herbal | Produits de Santé Naturels
Page d’accueil > Santé

Quels micronutriments en plus lors de la grossesse ?

 

La grossesse induit naturellement une augmentation modérée mais exponentielle de la demande en nutriments. Idéalement, une alimentation adaptée devrait pouvoir répondre aux besoins spécifiques des différentes périodes de la grossesse, mais en réalité il est souvent ardu pour une maman enceinte ou allaitante de couvrir tous ses besoins en nutriments essentiels. L’accroissement de la demande calorique reste minime pendant le premier trimestre ; toutefois, elle augmente de 300 et 500 calories par jour, respectivement, lors des deuxième et troisième trimestres. Donc, au lieu de se demander si oui ou non vous couvrez ces apports additionnels essentiels au développement de votre enfant, libérez-vous l’esprit et comblez ces besoins avec une formule complète prénatale correctement équilibrée qui garantira la micronutrition de la mère et du fœtus.

Les études Cochrane et systématiques auxquelles l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait référence à ce sujet montrent que la prise d’une multivitamine avec minéraux (MVM) pendant la grossesse réduit significativement le risque de faible poids de naissance et de petite taille pour l’âge gestationnel, notamment en comblant des déficiences classiques telles que celles de la vitamine A, de l’iode, du fer, du zinc, ou encore de l’acide folique. C’est pourquoi, pour les périodes avant la conception et de grossesse, Santé Canada recommande aux femmes de prendre chaque jour une MVM contenant au moins 400 µg d’acide folique et 16–20 mg de fer. L’autre micronutriment primordial est la vitamine D. Allons maintenant plus en détail sur chacun de ces trois micronutriments incontournables.

Tout d’abord, l’acide folique (vitamine B9) s’avère le plus important des suppléments à considérer, en l’occurrence pour la prévention des anomalies du tube neural, avec une dose quotidienne préconisée de 400 µg avant la conception, et qui sera prolongée durant le premier trimestre. En réalité, la plupart des professionnels de la santé suggèrent une dose de 1000 µg par jour. Sachez que l’association avec la vitamine B12 (préférablement dans sa forme active, la méthylcobalamine) et la vitamine C potentialise l’action de la B9, dont la supplémentation peut masquer une carence en B12. Pour les cas particuliers des grossesses à haut risque où il existe des antécédents familiaux de malformations du tube neural, une discussion avec un médecin ou un praticien de soins de santé pour des doses plus élevées de B9 mérite d’être engagée. Idem pour la prévention de la prééclampsie, forme d’hypertension survenant généralement au cours de la vingtième semaine de grossesse et dont le risque est diminué avec les vitamines B9 et D. Ensuite, dans sa forme naturelle et biologiquement active de cholécalciférol, la vitamine D est préconisée pour toutes les femmes, qui plus est, avant et pendant la grossesse pour, entre autres effets bénéfiques, favoriser le développement du squelette du fœtus. Selon l’Académie nationale de médecine (anciennement Institute of Medicine) des É.‑U., auquel se réfère le gouvernement canadien, l’apport nutritionnel de référence pour une femme enceinte ou allaitante est de 600 UI par jour, avec un apport maximal tolérable estimé à 4000 UI. Les professionnels de la santé recommanderont aux mamans souvent plus de 1000 UI pour la période de l’allaitement afin de renforcer la teneur en vitamine D du lait maternel.

Le fer complète ce trio de base utile à la grossesse, car les réserves de fer des futures mères sont exploitées davantage afin d’assurer la formation supplémentaire d’hémoglobine indispensable pour l’apport d’oxygène au placenta. Une option de choix consiste à se supplémenter avec la forme héminique du fer, dont la biodisponibilité est plus élevée que le fer non héminique (vous en aurez donc besoin de moins pour des effets similaires), et sans risque d’effets secondaires comme la nausée.

Il y en a donc pour tous les gouts : soit une multi prénatale, qui couvre idéalement un large panel de micronutriments bénéfiques ; soit, pour les femmes qui souhaitent ne prendre que le strict nécessaire, une formule synergique de fer héminique associant B9, B12, et vitamine C ; avec à côté une goutte quotidienne de vitamine D. L’excitation, l’enthousiasme, et tout ce qu’implique la grossesse génèrent déjà naturellement un certain stress ; nul besoin d’en rajouter quand existent diverses solutions naturelles pour couvrir les besoins en micronutriments de cette expérience magique de la vie !

 

Guillaume Landry, MSc, Naturopathe


Sa plume a pour dessein la sensibilisation aux merveilles
de dame nature, et à la médecine naturelle.