Probiotiques : Vive le froid ! | New Roots Herbal | Produits de Santé Naturels
Page d’accueil > Santé

Probiotiques : Vive le froid !

Depuis une trentaine d’années, les résultats des études scientifiques sur la conservation des souches probiotiques ont fait ressortir une évidence : la réfrigération est un facteur clé pour la survie de ces bactéries amies — et fragiles [1]. Si certaines souches probiotiques sont relativement plus tenaces que d’autres (les bifidobactéries s’avèrent encore moins résistantes que les lactobacilles), il n’en reste pas moins que la sensibilité à la température et à l’humidité est un point à surveiller lorsqu’il s’agit de la pérennité des probiotiques [2], [3]. Une autre condition sine qua non de la survie des probiotiques est la protection contre l’acidité gastrique [4]. Pour l’heure, concentrons-nous sur la question de la réfrigération. Pour simplement illustrer cette question, voici quelques conclusions d’études validant l’importance de la réfrigération des probiotiques.

Bifidobactéries

Les bifidobactéries sont très sensibles à la température ; c’est ce qu’une étude a validé en montrant une mortalité significativement plus élevée de Bifidobacterium longum durant un stockage à 20 ℃ (température ambiante), comparativement à un stockage à 4 ℃ [5]. Dans la même veine, une autre étude a montré que la viabilité des bifidobactéries est inversement proportionnelle à la température de stockage : à 15 ℃ et à 25 ℃, un déclin significatif a été observé pour toutes les espèces de Bifidobacterium analysées [6]. Dans une troisième étude, la survie microbienne s’est avérée meilleure à une température de stockage plus basse, en particulier pour Bifidobacterium bifidum[7]. Enfin, une quatrième étude a conclu en expliquant que des conditions de température plus élevée ont induit une plus grande mortalité des bifidobactéries [8].

Lactobacilles

Selon une étude, la survie des souches L. paracasei NFBC 338 et L. salivarius UCC 118 pendant le stockage était inversement proportionnelle à la température de stockage, avec des taux de survie aussi bas que 11 % et 2 %, respectivement, après deux mois de stockage à 15 ℃ [9]. Toujours concernant les lactobacilles, une autre étude, menée avec Lactobacillus delbrueckii spp. bulgaricus, a montré des taux de mortalité élevés à température ambiante, alors qu’à 4 ℃ la survie était plus élevée [10].

Probiotique New Roots Herbal réfrigéré versus probiotique concurrent non réfrigéré

Récemment, New Roots Herbal a mandaté un laboratoire d’analyse certifié ISO 17025 afin de réaliser un comparatif de stabilité entre un produit réfrigéré de sa gamme de probiotiques et un produit concurrent non réfrigéré. Les deux produits avaient des dates de péremption identiques, et la durée de conservation restante était de 18 mois. Sachant que Santé Canada permet un étiquetage de 24 mois pour la durée de conservation des probiotiques, 6 mois s’étaient donc écoulés depuis leur fabrication. Déjà au premier jour du test, le probiotique concurrent non réfrigéré ne contenait que 73 % de la quantité d’unités formant colonies (UFC) prétendue sur l’étiquette ; après 60 jours (soit 16 mois avant sa date de péremption) à température ambiante comprise entre 19 ℃ et 25 ℃, la quantité avait chuté à seulement 40 % des UFC alléguées. À titre de comparaison, après 60 jours de conservation au réfrigérateur à une température comprise entre 2 ℃ et 8 ℃, le produit New Roots Herbal contenait encore 110 % de la quantité d’UFC déclarée sur l’étiquette [11].

Vos probiotiques efficaces en bref

Donc, lors de votre prochaine visite dans un magasin d’aliments naturels, plutôt que de vous poser la question « être ou ne pas être réfrigéré ? », demandez plutôt simplement : « Où est le frigo ? »

Autre facteur critique pour des probiotiques efficaces est la façon par laquelle ils sont acheminés. Joignez-vous à nous dans le prochain numéro pour une revue complète démontrant comment les capsules à enrobage entérique protègent les souches probiotiques du puissant acide gastrique.

 

[1]       Abd El Gawad, I.A., M.M. Metwally, S.A. El Nockrashy, et K.E. Ahmed. « Spray drying of lactic acid cultures. II. The effect of culture conditions and storage on microorganisms survival.  » Egyptian Journal of Dairy Science, Vol. 17 (1989): 273–281.

[2]       Kailasapathy, K., et J. Chin. « Survival and therapeutic potential of probiotic organisms with reference to Lactobacillus acidophilus and Bifidobacterium spp. » Immunology and Cell Biology, Vol. 78, N° 1 (2000): 80–88.

[3]       Arepally, D., R.S. Reddy, et T.K. Goswami. « Studies on survivability, storage stability of encapsulated spray dried probiotic powder. » Current Research in Food Science, Vol. 3 (2020): 235–242.

[4]       Millette, M., A. Nguyen, K.M. Amine, et M. Lacroix. « Gastrointestinal survival of bacteria in commercial probiotic products. » International Journal of Probiotics and Prebiotics, Vol. 8, N° 4 (2013): 149–156.

[5]       Bruno, F.A., et N.P. Shah. « Viability of two freeze-dried strains of Bifidobacterium and of commercial preparations at various temperatures during prolonged storage. » Journal of Food Science, Vol. 68, N° 7 (2003): 2336–2339.

[6]       Simpson, P.J., C. Stanton, G.F. Fitzgerald, et R.P. Ross. « Intrinsic tolerance of Bifidobacterium species to heat and oxygen and survival following spray drying and storage. » Journal of Applied Microbiology, Vol. 99, N° 3 (2005): 493–501.

[7]       Wirjantoro, T.I., et A. Phianmongkhol. « The viability of lactic acid bacteria and Bifidobacterium bifidum in yoghurt powder during storage. » Chiang Mai University Journal of Natural Sciences, Vol. 8, N° 1 (2009): 95–104.

[8]       Abe, F., H. Miyauchi, A. Uchijima, T. Yaeshima, et K. Iwatsuki. « Effects of storage temperature and water activity on the survival of bifidobacteria in powder form. » International Journal of Dairy Technology, Vol. 62, N° 2 (2009): 234–239.

[9]       Gardiner, G.E., E. O’Sullivan, J. Kelly, M.A. Auty, G.F. Fitzgerald, J.K. Collins, R.P. Ross, et C. Stanton. « Comparative survival rates of human-derived probiotic Lactobacillus paracasei and L. salivarius strains during heat treatment and spray drying. » Applied and Environmental Microbiology, Vol. 66, N° 6 (2000): 2605–2612.

[10]    Teixeira, P., M.H. Castro, F.X. Malcata, et R.M. Kirby. « Survival of Lactobacillus delbruekii spp. bulgaricus following spray-drying. » Journal of Dairy Science, Vol. 78, N° 5 (1995): 1025–1031.

[11]    Données d’archives New Roots Herbal accessibles sur demande.