Toux chronique : comment y remédier ? | New Roots Herbal | Produits de Santé Naturels
Page d’accueil > Naturopathic Currents

Toux chronique : comment y remédier ?

Les consultations auprès des médecins pour des problèmes de toux sont relativement courantes. Tousser peut vite devenir énervant, bruyant et perturber le sommeil de toute la maisonnée. En cas d’infection virale, la toux peut persister jusqu’à 2 semaines après que l’infection a été éradiquée par le corps. Mais si vous toussez toujours au bout de 8 semaines, mieux vaut vous faire examiner [1].

Qu’est-ce que la toux ?

La toux provient d’une irritation qui déclenche un réflexe pulmonaire. L’agent irritant stimule des récepteurs dans la gorge ou les voies respiratoires, lesquels envoient par un signal nerveux un message au cerveau. Le cerveau répond ensuite en ordonnant une contraction de tous les muscles du torse et de l’abdomen pour forcer l’air à sortir des poumons (et, si possible, l’agent responsable de l’irritation !) [2]. L’agent irritant peut être un micro-organisme comme une bactérie ou un virus, une poussière, ou simplement du mucus s’écoulant de la cavité nasale. La présence de n’importe quel corps étranger déclenchera un type de réaction immunitaire.

Notre système immunitaire est véritablement incroyable. Il peut sécréter du mucus en excès afin de piéger des bactéries étrangères. Il peut générer un éternuement puissant afin d’expulser du mucus et des poussières qui pourraient s’avérer dangereux. Le système immunitaire élève la température corporelle pour créer un environnement inhospitalier pour les microbes. Il réussit avec brio à nous maintenir en vie, mais, ce faisant, il peut aussi nous faire sentir malade.

Il est rare qu’une toux apparaisse seule. La plupart des personnes qui consultent leur médecin pour un problème de toux souffrent d’autres problèmes sous-jacents. Les trois causes les plus communes d’une toux chronique sont :

1. Écoulement post-nasal (syndrome de toux d’origine des voies aériennes supérieures, STOVAS)

Le terme écoulement post-nasal désigne uniquement la sécrétion de mucus dans la cavité nasale, qui s’écoule dans les voies respiratoires oropharyngées (arrière-bouche et gorge) et inférieures. Mais cette définition n’explique pas la raison de la présence du mucus. En fait, la rhinite chronique et la rhinite allergique sont généralement les facteurs déclencheurs les plus communs [3]. Les allergies saisonnières peuvent encombrer le nez pendant des mois, et les allergies environnementales peuvent durer à longueur d’année. Celles-ci incluent les allergies aux poussières, moisissures et squames d’animaux. Un test cutané peut vous renseigner sur les allergènes à éviter, et tout progrès se fait évidemment en évitant complètement ces agents déclencheurs.

2. Asthme

L’asthme est l’une des causes de toux chronique les plus courantes chez les non-fumeurs. L’asthme « classique » ou « typique » entraîne des difficultés respiratoires, une respiration sifflante et des douleurs thoraciques. Dans ce cas, la toux signale le début d’une crise d’asthme. Dans une autre forme d’asthme, « l’asthme de type toux », la toux est indépendante des crises d’asthme.

Chez les individus souffrant d’asthme de type toux, l’un des agents déclencheurs est présent de manière plus constante et en plus faible quantité [4]. Cet agent pourrait être un facteur environnemental, comme mentionné ci-dessus. Cette exposition continue entraîne une hyper-réactivité ou une légère constriction des voies respiratoires. Les récepteurs à agent irritant sont constamment en alerte pour signaler le réflexe de toux au cerveau. Tout le système nerveux est à vif, et le moindre agent irritant déclenchera une toux. Il est important de noter que ce sous-type d’asthme ne s’accompagne ni de troubles respiratoires ni de respiration sifflante. La toux peut survenir à tout moment de la journée, mais est plus notable la nuit. Elle peut être soulagée par un inhalateur ou un bronchodilatateur, mais, tant que le système immunitaire sera à vif, la toux persistera [5].

3. Reflux gastro-œsophagien (RGO)

Le RGO à lui seul peut entraîner une toux. Avec de l’asthme et/ou un écoulement post-nasal, le RGO intensifie radicalement la toux et complique le traitement. Le RGO se caractérise par une défaillance du signal envoyé par le tube digestif au cerveau pour refermer le sphincter inférieur de l’œsophage (passage entre l’estomac et l’œsophage). L’acide de l’estomac reflue alors dans l’œsophage et peut remonter jusqu’à la bouche. Ce reflux peut entraîner des brûlures ou être asymptomatique jusqu’à l’arrivée dans la bouche. L’acide est corrosif et peut endommager nos tissus ; c’est pourquoi l’intérieur de notre estomac est protégé par une épaisse couche de mucus. Nous sentons une brûlure quand l’acide remonte dans l’œsophage, car la muqueuse n’y est pas aussi épaisse. Avec le temps, le corps apprend à produire plus de mucus dans l’œsophage, ce qui peut causer une sensation de boule dans le fond de la gorge, le besoin de s’éclaircir fréquemment la gorge, et une voix rauque ou enrouée. Ce mucus en excès peut devenir un agent irritant qui déclenche le réflexe de toux. La toux associée au RGO peut survenir toute la journée et toute la nuit selon les aliments que nous mangeons, quand nous les mangeons et en quelles quantités.

Examen de la toux chronique

Les docteurs en naturopathie savent que soigner un problème de santé implique d’évaluer la personne dans son entièreté. Voici ci-après des points importants à considérer dans le cas d’une toux chronique :

Une radiographie du thorax aidera à éliminer les diagnostics les plus inquiétants, donc autant commencer par là. C’est particulièrement vrai si le patient fume, a des antécédents familiaux de maladies pulmonaires, ou a perdu beaucoup de poids de manière inexpliquée et en peu de temps.

Évaluez les antécédents de tabagisme et l’exposition à la fumée secondaire qui peut être tout aussi néfaste chez certains individus. Les poumons ont la capacité de se guérir, mais lentement, et l’exposition au tabac laissera toujours des marques.

Prenez note de tous les traitements médicaux suivis. Par exemple, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (ACE/ECA), un type de médicament utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle, sont connus pour causer une toux sèche pendant des jours voire des mois après le début du traitement. Même après la fin du traitement, la toux causée par les inhibiteurs d’ACE peut persister jusqu’à 4 semaines.

Posez des questions sur l’exposition environnementale, notamment au travail. Nous passons la plupart de notre temps au bureau. Nos espaces de travail peuvent être poussiéreux, trop secs ou manquer d’aération. Tous ces facteurs peuvent déclencher une toux chronique chez un individu, surtout s’il y passe plus de 5 heures par jour. Les mineurs, les ouvriers du bâtiment et ceux qui travaillent dans des environnements à forte concentration en particules fines les inhalent continuellement et risquent de développer une toux chronique.

Examinez ce qui fonctionne ou pas. Si vous prenez des antihistaminiques comme la Reactine, et n’avez pas remarqué de différence, ce n’est sans doute pas une toux allergique. Dans ce cas, l’asthme ou le RGO sont des causes plus probables. En cas de RGO, un traitement impliquant un changement de régime alimentaire et/ou des médicaments anti-reflux devrait éliminer la toux.

Traitement de la toux chronique

Évaluation alimentaire : Pour une toux chronique due au RGO ou à l’écoulement post-nasal, des changements d’alimentation avec comme objectif l’élimination des sensibilités alimentaires auront le plus d’effet. La nourriture épicée est un facteur déclencheur de reflux gastro-œsophagien connu. Elle devrait être évitée tard en soirée, et en trop grande quantité. Les sucres et les produits laitiers sont parmi les aliments qui induisent le plus de mucus, et ils peuvent surstimuler un système immunitaire déjà en alerte. Ceci est particulièrement vrai durant la saison des allergies, quand le système immunitaire combat déjà des allergènes environnementaux.

Diglycinate de magnesium : C’est l’un de mes micronutriments préférés en cas de réactions immunitaires et allergiques. Le magnésium calme, détend les voies respiratoires, et diminue la réaction neurologique accrue et l’hyperactivité immunitaire. C’est un excellent choix de traitement pour la toux causée par l’asthme et l’écoulement post-nasal.

N‑Acétylcystéine : Précurseur du puissant antioxydant glutathion, la N-acétylcystéine permet de détendre les voies respiratoires et d’apaiser la respiration sifflante. Cet effet est particulièrement observé dans les cas d’asthme sous toutes ses formes. La NAC peut être pris toute l’année.

Humidificateur et huiles essentielles : L’air trop sec d’une maison, d’un espace de travail ou d’une chambre peut immédiatement déclencher une toux. Selon l’aération du bâtiment, les systèmes de chauffage et de climatisation peuvent réduire l’humidité d’une pièce. Si vous n’avez pas d’humidificateur, pendez le soir une serviette humide dans votre chambre. Si la serviette est complètement sèche lorsque vous vous levez le matin, vous saurez qu’il faut humidifier la pièce. Vous pouvez aussi placer sur votre table de nuit une casserole d’eau bouillante (à distance de sécurité pour éviter déversements et brûlures). Il est aussi possible d’ajouter 1-2 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus ou de lavande dans l’eau fumante pour davantage de bienfaits.

La toux chronique peut avoir un impact significatif sur vos activités de tous les jours. Elle peut perturber votre sommeil, vos activités physiques et même votre productivité au travail. Un examen approfondi peut permettre d’en identifier la source et les facteurs déclencheurs.

Références :

  1. Sivaraman, P., et D. Gianakos. « The 15-minute visit: Chronic cough. » Modern Medicine. 1er avril 2006.
  2. Mayo Clinic. Cough. https://www.mayoclinic.org/symptoms/cough/basics/definition/sym-20050846 · 2019‑06‑21.
  3. Cunha, J. « Chronic rhinitis and post-nasal drip. » MedicineNet. · https://www.medicinenet.com/chronic_rhinitis/article.htm · Reviewed 2019‑09‑09.
  4. Dicpinigaitis, P. « Chronic cough due to asthma. » Chest Journal, Vol. 129, N° 1 (2006): 75S–79S.
  5. Niimi, A. “Cough and asthma.” Current respiratory medicine reviews, Vol. 7, N° 1 (2011): 47–54.